Ecole à la maison puis libre apprentissage..... en passant par la case "écoles"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ecole à la maison puis libre apprentissage..... en passant par la case "écoles"

Message par Admin le Mar 28 Juil - 22:18

Nos choix sont aussi évolutifs. Tout a commencé lorsqu’emmanuelle était enceinte il y a 14 ans.
Nous avions prévu de reproduire peu ou prou l’éducation que nous avions reçue quand, lors d’une réunion d’un groupe dont je faisais partie qui avait lieu dans une librairie ésotérique, je tombe sur un livre qui m’attire de là où il est placé : « Le courage d’éduquer » de Lee Lozowick.
http://www.amazon.fr/courage-d%C3%A9duquer-Lee-Lozowick/dp/2909698750/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1438114768&sr=8-3&keywords=le+courage+d%27%C3%A9duquer

Beaucoup de choses sont surement contestables dans ce livre, même sur son auteur que j’ai rencontré par la suite, mais il s’en est suivi une réaction en chaîne qui a bouleversé notre conception de l’éducation, de l’instruction. Je parlerai dans la rubrique sur l’éducation de l’impact dans ce domaine. Cette personne dirigeait une communauté et leurs pratiques étaient radicalement différentes de tout ce que l’on connaissant. Allaitement long, portage et instruction par la communauté et non en école. Peut-être Océane préparait-elle le terrain qui allait l’accueillir et qui ne semblait pas lui convenir !
Nous avons alors décidé, par la suite et après diverses recherches et questionnements, de ne pas scolariser Océane.
Mais le hic, c’est qu’à deux ans et demi, en plein mois de juillet, Océane nous demande de la mettre à l’école. Nous lui disons qu’elle est fermée pour les vacances. Elle ne nous croit pas. On l’emmène voir, elle croit que nous choisissons un jour exprès où elle était fermée pour l’empêcher de goûter aux joies de la scolarisation.
La rentrée arrive, Océane fait sa rentrée à contre-cœur pour nous. La rentrée était épique : Emmanuelle, comme on ne travaillait pas, a la bonne idée de décider de laisser passer en premier les autres parents et de faire entrer Océane en dernier. La maîtresse, proche de la retraite et aimable comme une gardienne de prison, fait blocage avec son corps devant la salle de classe, elle attrape les bambins qu’elle « balance » en classe avant d’expédier les parents, tour à tour. C’est à Océane de rentrer dans une classe dont tous les enfants veulent sortir en pleurant, non, en hurlant et que la maîtresse maintient fermement à l’intérieur. D’un coup elle n’a plus très envie d’aller à l’école, mais la maîtresse la déjà chopée au vol et elle se retrouve propulsée dans une salle remplie d’enfants qui hurlent pour se sauver et qui doivent se demander ce qu’ils ont fait pour mériter tel traitement. La rentrée a été expédiée en moins de 15 minutes. Un record. Evidemment pas question de rester un peu avec elle, vous l'aurez compris.
Le soir même elle veut arrêter, mais on lui dit qu’elle a fait ce choix et qu’il faut peut-être essayer un peu plus longtemps.
Mais les semaines passent et cela ne s’arrange pas, maux de ventre tous les matins. On arrête l’école au premier trimestre et elle revit.
Le bonheur jusqu’à l’arrivée des 6 ans. Nous déménageons par la force des choses en région parisienne et d’un commun accord avec elle nous l’inscrivons à l’école « Steiner » de Verrières le Buisson. Le cadre est magnifique, presque magique (on dirait Poudlard), mais elle tombe dans une classe un peu sacrifiée : difficile, elle subit des violences de certains élèves, le nouveau professeur craque et arrête, il est remplacé par un autre proche de la retraite qui finit par être dépassé par l’agitation de la classe. Océane a tenu 2 ans et demi mais le prof pète les plombs et s’en prend parfois physiquement aux enfants, il a même étranglé Océane. Gentiment nous a t-il dit, c’était pour s’amuser. Océane n’avais pas compris la nuance, nous non plus. Direction l’école « A-la-maison ». Il lui a fallu un sas de décompression, plusieurs mois, avant de reprendre un travail scolaire.
Elle a donc travaillé avec sa maman surtout et avec moi un peu, en suivant à peu près le programme scolaire de 8 ans et demi à 12 ans et demi. Du fait de son parcours et de nos déménagements, elle n’a jamais été inspectée avant l’âge de la 6ème. Elle s’est brillamment sortie de l’inspection avec des félicitations.
Là nous avons vu le film « Être et devenir », et nous avons abandonné l’idée de suivre un programme et la laissons maîtresse de ses apprentissages. Cela correspondait à un sentiment que nous avions, surtout moi, et nous a confirmé dans nos impressions. Nous craignons un peu plus l’inspection, la dernière était bien sans plus, mais on verra bien. Dans l’Aude, l’inspection est très formelle et ne colle pas avec la liberté d’instruire. Les professeurs se servent du programme scolaire comme référence.

Pour les petites, Ambre et Jade, elles ont moins de 3 ans et la question ne se pose pas, elles apprennent quotidiennement de toute situation et nous les accompagnons au maximum dans cette liberté. Elles vont à leur rythme et nous ferons tout pour préserver cela.

A l’époque, tant concernant nos choix éducatifs que (non) scolaires, nous étions livrés à nous-mêmes et complètement seul, sans réseau, sans aide extérieure mais avec les bâtons dans les roues de nos familles respectives pour qui c’était inconcevable. Autant dire que nous avons lutté.
Aujourd’hui, presque 15 ans après, surtout ici, c’est une chance d’avoir ce réseau et de ne pas être isolés. Et les choses sont mieux acceptées, plus courantes.
Nous aurions peut-être fait moins d’erreurs pour Océane si cela avait été pareil à l’époque. Mais il fallait bien commencer quelque part.
avatar
Admin
Admin

Messages : 89
Date d'inscription : 14/06/2015
Age : 39

http://libre-instruction.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum